Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Oran : La mairie sera-t-elle un jour au service du citoyen ?

19 Novembre 2009 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

Comment être satisfait d’une mairie lorsque, pour simplement obtenir des actes de naissance originaux, il faut faire la chaîne pendant une demi-heure, effectuer sa demande et revenir une semaine plus tard ? Cela, au meilleur des cas parce qu’il est très fréquent que l’attente au milieu de la queue dépasse les 30 minutes, que les documents ne soient pas prêts en une semaine et qu’une fois les précieux imprimés obtenus, l’on s’aperçoive que des erreurs ont été commises par l’Etat civile : «Il m’est déjà arrivé de revenir plusieurs fois pour récupérer mes actes de naissance et que l’on me réponde qu’ils n’étaient pas prêts. C’est très pénible pour les nerfs mais, que voulez-vous, l’Algérie est ainsi faite. Ou alors, vous avez toujours la possibilité de payer 200 dinars à quelque employé corrompu et vous aurez entière satisfaction», confie un jeune entrepreneur que la fréquentation assidue des différentes administrations a débarrassé des dernières illusions : «Je n’ai plus besoin de faire la queue pour quoi que ce soit. Je préfère recourir aux services d’amis, au pire donner un ou deux billets, régler mes affaires et repartir vite fait.» 

Pourtant, des mesures censées «faciliter la vie» au citoyen ont été prises par de nombreuses mairies qui ont multiplié les bureaux, accroché des pannaux, installé le bureau d’accueil et de renseignements… Mais au lieu de soulager, beaucoup de ces mesures ont davantage compliqué la situation : il faut, par exemple, passer par deux trois agents pour obtenir ses documents : l’un remplie le formulaire, un autre signe et date et le dernier (généralement assis à l’autre bout de la mairie ou dans un bureau invisible) légalise : «Moi, cela fera bientôt une année que j’attends de récupérer mon passeport dont j’ai déposé le dossier dans cette mairie (dans le quartier de Gambetta, Ndr). Croyez-le ou non mais, à la longue, j’ai fini par abandonner.»

Des situations similaires, plus ou moins abrerrantes, les citoyens oranais en vivent chaque jour des dizaines et des dizaines alors que la réglementation régissant la relation entre administration et administrés, tout autant que les assurances officielles, sont claires sur le fait que «les besoins des citoyens doivent être satisfaits avec tous les moyens mis à la disposition de l’Administration». Pour l’exemple, la réglementation en question stipule que c’est à l’administration de procéder à toutes les démarches que nécessite l’établissement d’un quelconque document officiel. Par conséquent, il n’y a pas lieu de demander à l’administré d’aller légaliser sa fiche familiale au bureau d’en face n’a puisque l’acte incombe à l’agent même qui a établi le document : «Ce sont le laisser-aller, l’absence de contôle et le laxisme qui ont mené les mairies à cette situation, confient des agents sous le sceau de l’anonymat. Ce que l’on voit dans nos bureaux, les situations auxquelles il nous est arrivé d’assister sont hallucinantes. Pas étonnnant que la satisfaction du citoyen ne rentre, en vérité, même pas en ligne de compte.»

Ailleurs, dans les pays où la satisfaction du citoyen est sacerdoce, certaines démarches administratives s’accomplissent même via Internet, sans qu’il soit besoin de «déranger» l’administré : «Nous y arriverons peut-être un jour. Mais pour le moment, il faudra combattre la corruption et la médiocrité», espère un délégué de secteur urbain.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article