Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Oran : Les produits informatiques plus chers

18 Janvier 2010 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

Moins visibles pour le grand nombre, les prix des produits informatiques n’en ont pas moins enregistré une hausse importante, ces derniers mois. Du simple au double voire au triple, cette augmentation a touché la plupart des composants informatiques à l’exemple de l’écran dont le coût a grimpé de 800 à 11.000 DA, du lecteur Dvd qui est aujourd’hui proposé à 2.200 DA, du disque dur qui a connu une hausse de 1.000 DA ou encore de la mémoire DDR de 1 Giga dont le prix a été multiplié par 3 (2.000 DA au lieu de 700) : «Cette tendance à la hausse s’explique à la fois par le taux de change, l’application du crédit documentaire et l’augmentation des prix chez les fournisseurs étrangers eux-mêmes», indique un importateur oranais qui a l’habitude de s’approvisionner en Europe contrairement à certains de ses confrères qui préfèrent le marché asiatique : «Aujourd’hui, le graveur DVD que je payais 12 euros coûte 18 euros, continue-t-il. Ajoutez-y les facteurs change et temps et vous comprendrez pourquoi les prix des produits informatiques ont grimpé.»
A l’instar d’autres importateurs dans d’autres secteurs d’activité, notre opérateur met en cause le paiement par crédit documentaire - loi mise en application l’été dernier pour protéger la prodution nationale - qui impose, selon eux, de lourdes contraintes portuaires et douanières. «Ces contraintes, déplore notre importateur, sont souvent aggravées par le manque de formation des personnels au port et douanes. Il est arrivé qu’au port d’Oran, on m’exigeât un certificat de conformité émanant d’un bureau de certification dont le siège se trouve en France. Pour gagner du temps, je proposais de m’adresser au représentant de ce bureau qui se trouve, fort heureusement, à Oran ; ce qui me fut refusé parce que, m’expliqua-t-on, les banques algériennes refusaient la certification ‘oranaise’. N’est-ce pas là une autre aberration !?» Les contraintes du Crédoc surviennent au moment même où les pouvoirs publics avaient, enfin, décidé d’inverser les TVA aberrantes imposées sur les PC et les composants informatiques : «Curieusement, continue encore notre importateur, nous étions tenus de verser 07% de TVA sur les P.C, portables ou unités centrales, et 17% sur les composants, ce qui est d’un parfait illogisme étant donne que les composants sont très demandés et que le prix des ordinateurs montés localement allaient être inaccessibles. Ce n’est qu’avec l’adoption de dernière la loi de finances complémentaire que la tendance a été inversée.»
Cette situation a fait que l’année 2009 a été déficitaire pour un certains nombre d’importateurs de produits informatiques, à l’image de notre interlocuteur (exerçant dans le domaine depuis 12 ans) qui avoue que son chiffre d’affaires de l’année passée à baissé de -1% par rapport à 2008 : «Ce qui est une première puisque depuis que j’ai commencé en 1998, le CE a toujours été positif. Il est vrai que le marché a connu une crise dans précédent l’année passée.»

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article