Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Oran : Le procès du «réseau des avortements» reporté au 9 novembre

20 Octobre 2009 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

Le procès du présumé réseau d'avortement illégal, qui se livrait à son activité clandestine dans un appartement à Cité Lescure, a été reporté au 9 novembre. La décision prise par le tribunal correctionnel d'Oran, qui examine cette affaire, est motivée par la défaillance à l'audience d'hier de deux personnes citées dans le dossier en raison de leur non notification. Le scandale a éclaté en avril dernier, lorsque la police judiciaire a démantelé une association de malfaiteurs, composée de neuf personnes, dont une femme de ménage exerçant à l'hôpital pédiatrique de Canastel, et ce à la faveur d'une «souricière» opérée dans le local où se pratiquait l'avortement illégal, selon une source policière. Ce jour-là, un policier et une policière se sont présentés en civil, sous l'anonymat, en se faisant passer pour un couple voulant se débarrasser d'un foetus. Le scénario était tel que les avorteurs n'ont rien soupçonné et sont tombés dans le filet.
Parmi les présumés membres de cette bande, un employé du service des urgences médico-chirurgicales du CHU d'Oran et une «rabatteuse», qui sont placés sous mandat de dépôt ainsi que la femme de ménage. Impliqué dans l'affaire, un médecin exerçant à Bir El-Djir est placé sous contrôle judiciaire. Selon la même source, la perquisition du domicile de la femme de ménage, sis Cité Lescure, et qui faisait office d'un cabinet médical clandestin, a permis de découvrir du matériel et du produit médical utilisé dans l'avortement et une somme d'argent de 20 millions de centimes. Des comprimés facilitant l'avortement avaient été saisis également dans le même appartement. Un seul comprimé était vendu à 10.000 dinars, avaient révélé les enquêteurs, rappelle-t-on. Plusieurs personnes sont citées à comparaître dans le cadre de ce procès soit en qualité de témoin ou de victime, dont celle à l'origine du déclenchement de l'action publique, précise-t-on de même source. A noter que le prix de l'avortement était fixé à 4 millions de centimes.
(Q.O - 20 oct 09)

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article