Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Oran : le casse-tête du vieux bâti

11 Novembre 2010 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

A la veille de chaque hiver, l’angoisse des effondrements se réveille dans le cœur de ces milliers d’Oranais qui continuent de vivre dans des habitations classées vieux bâti. Jusqu’ici, toutes les solutions préconisées par les pouvoirs publics n’ont pas eu raison de cette situation qui a parfois provoqué mort d’homme. Durant ces cinq dernières années, plus de 1 200 effondrements sont survenus dans les différents quartiers de la cité faisant une dizaine de victimes, dont des enfants, et plusieurs blessés.

Selon les statistiques officielles, la wilaya d’Oran compte environ 54.000 vieilles bâtisses dont le sort - entre récupération après réhabilitation ou démolition - n’a pas encore été arrêté. En tout cas, pas pour la majorité puisque l’on sait que 10% se trouvant dans un état de délabrement avancé sont classées rouge et devront être démolies alors que 27%, classées orange, devraient être réhabilitées. Le bilan, exposé tout récemment par les responsables de l’urbanisme au nouveau wali, fait état de la réhabilitation en cours de 99 immeubles à Oran dans le cadre du programme du même nom touchant 200 immeubles. Comme il a été signalé qu’en attendant le lancement de l’opération de restauration de 101 immeubles, les travaux de réhabilitation de 19 immeubles à Sidi El-Houari et 15 immeubles au boulevard Maata ont été réactivés après un arrêt de plusieurs semaines. L’autre programme d’envergure qui doit cibler 400 immeubles d’Oran prévoit notamment la sauvegarde de 206 des rues Larbi Ben-M’hidi et Mohamed-Khemisti, de 128 immeubles du quartier Le Plateau St-Michel, 40 à Mers El Kébir et 26 à Arzew.

Les opérations de relogement - l’autre mesure préconisée ces dernières années - restent malheureusement encore très en deçà des besoins de la population vivant dans des bâtisses à risque puisque seules 800 familles (dont 260  dans le courant de l’été passé) ont bénéficié de nouvelles habitations ces deux dernières années, alors que des milliers d’autres, disséminées à travers les divers vieux quartiers, vivent dans l’angoisse de recevoir le plafond sur la tête. Les plus empressées d’entre elles, justifiant souvent de demandes datant des années 80, n’hésitent pas à faire le pied de grue devant la daïra d’Oran sans, la majorité du temps, d’autre résultat que la perte de temps…

Le vieux bâti constitue donc l’une des priorités du nouveau responsable de la wilaya d’Oran qui aura à suivre, tout à la fois, les programmes cités plus haut et les projets rentrant dans le cadre du prochain quinquennat, dont la réalisation, annoncée pour les trois prochaines années, de 38.000 logements sur une surface foncière estimée à près de 430 hectares. 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article