Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Le crédit immobilier face aux lenteurs administratives

18 Avril 2010 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

L’annonce toute récente de l’introduction du crédit immobilier à taux d'intérêt bonifiés a dû faire rêver bien des demandeurs de logement mais les écueils qui handicapent déjà sa concrétisation ont vite fait de tempérer leur ardeur et les rappeler à cette froide réalité : la mise en application des décrets continuent de souffrir de la lenteur des mécanismes administratifs et de la lourdeur des structures - ici, les banques - chargées de les mettre en œuvre : «Les banques refusent de réceptionner les dossiers, témoignent des demandeurs. Il paraît qu’ils ne savent pas encore comment agir, que tout n’est pas encore très clair. En tout les cas, ils demandent un peu de patience.» Les postulants - dont beaucoup sont à la recherche d’un logement depuis des années - ne savent pas à qui s’adresser pour avoir réponses à leurs questions: Quand pourront-ils déposer leurs dossiers ? Quelle catégorie de salariés aura droit à la bonification de 1% ? Quel somme d’argent devront-ils assurer et quel sera l’apport de la banque ? Les demandeurs seront-ils réellement aidés ou devront-ils s’attendre à des mauvaises surprises..., bien des questions qui taraudent les esprits et auxquelles nul ne semble pouvoir répondre avec certitude.

 

Même les professionnels ne se hasardent pas à réellement à expliquer ce nouveau mode de crédit immobilier : lors d’une table ronde, organisée la semaine passée au musée Moudjahid d’Oran, les représentants de différents établissements financiers ont abordé avec force détails toutes les formules d’aides et de financement de crédits immobiliers sauf celui né du décret n°10-87 daté du 10 mars 2010. A peine le représentant du ministère de l’Habitat a-t-il indiqué que les textes d’application n’ont pas encore été adoptés ; ce qui explique l’état de confusion dans laquelle se trouvent aujourd’hui banques et demandeurs de logements. En revanche, les participants à la rencontre ont insisté sur la nécessité de réguler les prix des matériaux de construction pour éviter l’éventuelle - et logique - hausse des prix des logements dont la prise en charge incomberait fatalement aux acquéreurs.  

 

Il reste que, selon des sources bien informées, le secteur bancaire se prépare activement à la mise en œuvre de ce décret et que des discussions sont menées avec le Trésor public et le ministère de pour arrêter le taux préférentiel qui permettra de déterminer les taux de bonification pour chaque catégorie de logement : «D’après ce que j’ai pu lire dans les journaux, ce crédit me semble très avantageux même si je n’en saisis pas encore bien le fonctionnement, reconnaît Rachid, à la recherche d’un crédit immobilier qu’il pourrait assumer. Mais j’ai peur des mauvaises surprises comme d’autres ont eues par le passé : la banque qui refuse d’accorder le prêt, le logement qui n’est pas prêt dans les délais, les coûts qui augmentent selon les prix des matériaux de construction…»

Difficile de calmer ces craintes lorsque les souscripteurs au Fonds national de péréquation des œuvres sociales (FNPOS) attendent toujours leurs clefs ou que les demandeurs de logement AADL en soient réduits à manifester devant le ministère de l’Habitat pour exiger des logements promis voilà… dix ans.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Argent Pratique 01/06/2010 11:59


Les taux de crédits baissent depuis le début de l'année !


bonbon 27/05/2010 20:09


original le blog!