Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Cantines scolaires fermées : Manque de personnel qualifié

4 Janvier 2011 , Rédigé par Samir Ould Ali

Bien que de très nombreux établissements scolaires demeurent toujours démunis de ces cantines sicantines.jpg précieuses aux élèves ne pouvant, pour une raison ou une autre, rentrer chez eux à l’heure du déjeuner, des centaines de réfectoires ont été ouverts ces dernières années (Selon les chiffres officiels, le nombre de 4.384 cantines qui existaient en 1999 a été porté à plus de 12.000 aujourd’hui), traduisant tout l’effort qui a été fourni par des pouvoirs publics ne pouvant décemment pas rester sourds aux appels des parents d’élèves et aux exigences d’un secteur de l’Education dont le nombre des écoliers augmente et les infrastrutures se multiplient d’année en année.

Pour la rentrée 2010-2011, les statistiques ont montré que le total des élèves inscrits dans les différents paliers (8.176.700) a enregistré une augmentation de 215.977 par rapport à l’année passée (un peu plus de 2,70%) alors que le parc infrastructurel national estimé à 24.673 établissements scolaires s’est enrichi de 590 nouvelles structures. Le nombre des nouvelles cantines a atteint, lui, les 595, ce qui porte le nombre global des cantines sur l’ensemble des 48 wilayate à 13.250 dont bénéficient 2.700.000 élèves. Soit, assurent les responsables du ministère de l’Education nationale, une couverture de 78% des besoins identifiés. Il reste cependant que le réseau des cantines a besoin d’être densifié davantage pour permettre au plus grand nombre de bénéficier de repas chaud. Le ministre de l’Education l’a lui-même reconnu, la couverture doit atteindre très vite 91% du sud et 72% des wilayas du nord du pays.

Pour beaucoup de responsables, le fait que l’ensemble des établissements scolaires ne sont pas encore dotées de réfectoires s’explique par plusieurs raisons dont, notamment, le manque de personnel de cuisine qualifié. C’est, en tout les cas, l’argument avancé par des chefs d’établissements de certaines communes reculées d’Oran - qui avaient été interpellés par la direction de l’Education de la wilaya lors de la préparation de la rentrée scolaire - en ajoutant qu’il ne revient pas à l’établissement scolaire de recruter du personnel. Plusieurs écoles disposeraient ainsi de cantines (18 nouvelles ont été programmées pour cette rentrée ce qui permet, selon les chiffres officiels, à près de 70.000 élèves sur les 215.000 inscrits de manger sur place, au lieu de 50.000 l’année passée) mais, faute de personnel qualifié, celles-ci restent fermées ; ce qui pénalise de nombreux écoliers résidant loin ou dont les deux parents travaillent : «J’aurais aimé que l’école de ma fille dispose d’une cantine, je ne serais pas obligée de la recueillir à mon travail pour manger», se désole une de ces nombreuses femmes travailleuses dont l’emploi de temps ne permet pas de rentrer à la maison pour le déjeuner : «Mon mari travaille et il n’y a personne à la maison. Je n’ai donc pas d’autre choix que de m’arranger pour l’attendre devant l’école chaque midi.» Et si l’absence d’une cantine engendre de réelles contraintes à cette citadine - qui vit à Bir-El-Djir mais travaille à Petit Lac ou sa fille est scolarisée- les difficultés éprouvées par les écoliers des communes reculées sont autrement plus importantes lorsque leurs établissements scolaires ne sont pas dotés de cantines. Cela est d’autant plus dur pour ceux qui ne disposent pas de transport scolaire et qui sont obligés de manger un casse-croûte sur place, de quémander la possibilité de monter dans un bus à des receveurs souvent assez inamicaux ou de recourir à un dangereux auto-stop.

Cette situation très inconfortable pour les écoliers ne devrait, toutefois, pas trop tarder si l’on en croit les responsable du ministère de l’Education puisque, dans le cadre au regard des projets inscrits dans le cadre du quinquennat 2010-2014, 852 milliards de dinar sont alloués au secteur. Ce qui permettra outre la réalisation annoncée de 3.000 écoles primaires, 1.000 collèges et 850 lycées, de pallier le manque très pénalisant de cantines.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article