Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Alors que la réglementation algérienne interdit les châtiments corporels à l’école

22 Octobre 2010 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran

Quid du harcèlement moral ?

 

La pratique du châtiment corporel est loin d’être bannie des établissements scolaires algériens, les enseignants - dont les conditions de travail demeurent très mauvaises - manquent de formation pédagogique pour maîtriser les élèves difficiles sans recourir à la violence, le ministère de l’Education national  ne favorise pas l’émergence d’un dialogue élèves-enseignants-administration…, la situation de l’école algérienne n’est pas très reluisante et il s’en faudrait de beaucoup pour qu’elle évolue dans la bonne direction: «En interdisant les châtiments corporels, l’Etat algérien a omis d’évoquer le harcèlement moral. Ce qui est, à mon sens, très grave, cette violence pouvant avoir des effets destructeurs sur la personnalité de l’élève», estime Fatima-Zohra Sebaa, psychoclinicienne et chercheur au Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle (Crasc) basé à Oran : «Déshabiller un élève devant ses camarades, le traiter de tous les noms, ironiser sur la petitesse de son sexe sont des pratiques de nature à faire des ravages chez l’enfant. Adulte, soit il reproduira la même violence, soit il  passera à subir toutes les avanies.» Dans les deux cas, ce sera une personne à la psychologie fragilisée par la faute d’une école et d’une société encore sourdes aux vertus du dialogue.

Pour Fatima-Zohra Sebaa, le législateur algérien devait se pencher très vite sur la question de la violence morale parce que, l’attention n’étant focalisée que sur le châtiment corporel, le phénomène demeure mal appréhendé et ses conséquences aussi multiples que sournoises : «Dans tous les cas de violences, corporelles ou morales, il est vital que les parents d’élèves réagissent avant qu’il ne soit trop tard. Même l’enseignant n’est pas sanctionné, il faut rassurer l’enfant, premier pas pouvant mener vers la reconstruction de sa personnalité», appelle notre interlocutrice en déplorant la «complicité» de certains parents qui autorise l’enseignant à «violenter» l’élève.

Parmi les solutions préconisées changer cette école un peu trop violente et cette société un peu trop laxiste, la chercheure réclame une structure d’évaluation de la personnalité des enseignants et suggère une réflexion autour de la création de structures de formation des parents: «Nous avons vu des enseignants agir de façon monstrueuse avec leurs élèves, cela veut dire qu’il y a un problème avec leur personnalité. Il ne s’agit pas de jeter la pierre sur le corps enseignant qui, tout le monde le sait, travaille dans des conditions déplorables mais il faut veiller à ne pas mettre des élèves en présence de personnalités à problèmes.» Il est vrai que certaines pratiques évoquées par des élèves et leurs parents (les psychologues scolaires en savent quelque chose) ne font pas honneur à leurs auteurs, ceux-ci devant normalement en répondre par-devant des instances autres que de banals conseils de discipline de l’Education nationale.

Même s’ils dénoncent ces violences «exagérées», les enseignants justifient aisément le «durcissement» du comportement envers certains élèves comme de la légitime défense: «Aujourd’hui, ils ont des comportements inacceptables et n’hésitent pas à lever la main ou à nous menacer de représailles. Il faut se faire respecter et montrer de l’autorité et, souvent, nous n’avons pas d’autre choix», justifient des enseignants. Attitude que réfute Fatima-Zohra Sebaa qui rappelle que ce faisant, les enseignants s’abaissent au même niveau que leurs élèves, ce qui n’est évidemment pas dans leur rôle d’éducateur.

Toujours est-il que la violence étant visible au quotidien dans notre société, il est évident que le châtiment à l’endroit des élèves - qu’il soit corporel ou moral - n’est pas près de disparaître des écoles. Et qu’il reste encore un long chemin à parcourir avant que le dialogue prenne la place qui doit être la sienne dans la gestion des conflits.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article