Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Huit pirates présumés arrêtés à bord de l'«Arctic Sea»

19 Août 2009 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Revue de Presse

Le vraquier «Arctic Sea», retrouvé lundi par la marine russe près de l'archipel du Cap-Vert, dans l'Atlantique, a été détourné par des pirates. Huit personnes suspectées d'être des assaillants originaires d'Estonie, de Lettonie et de Russie qui s'étaient emparés du cargo ont été arrêtées.
Les huit pirates présumés sont interrogés à bord de la corvette russe anti-sous-marine Ladny, rapporte l'agence Interfax. L'«Arctic Sea», cargo de 4.000 tonnes battant pavillon maltais, exploité par une compagnie finlandaise et transportant une cargaison de bois, avait disparu dans les eaux européennes au cours d'une traversée entre la Finlande et le port de Béjaïa, qu'il était censé atteindre le 4 août. Il n'avait plus donné de nouvelles depuis le 31 juillet, au moment où il a été signalé une dernière fois au large de la côte française de la Bretagne. «C'était un acte de piraterie et une enquête est en cours», a déclaré le ministre russe de la Défense, Anatoli Serdioukov. Le 24 juillet, à 20h heure algérienne, dans les eaux territoriales suédoises, «les assaillants, sous le prétexte que leur embarcation (un canot pneumatique) était tombée en panne, sont montés à bord de l'«Arctic Sea» et, sous la menace d'armes, ont exigé une obéissance totale.» Par la suite, les assaillants ont débranché les systèmes de navigation du cargo qui a été contraint de mettre le cap sur l'Afrique. Ce jour-là, l'équipage a signalé qu'il avait été attaqué par une dizaine des hommes masqués, se présentant comme des policiers suédois. Ils auraient fouillé le navire, affirmant chercher de la drogue». «Ces gens (...) sont montés à bord et, sous la menace d'armes, ont exigé que l'équipage accomplisse sans condition tous leurs ordres», a précisé Serdioukov.
L'escorteur russe Ladny a libéré les marins russes sans que soit tiré un seul coup de feu, a rapporté mardi au Chef suprême des armées Dmitri Medvedev le ministre russe de la Défense Anatoli Serdioukov. L'équipage de l'«Arctic Sea» se trouve à bord du patrouilleur Ladny, sa libération s'étant déroulée sans coup férir. D'après le ministre russe, la quinzaine de Russes composant l'équipage du navire sont sortis de ce piratage «sains et saufs». Mais l'information a été contredite par la police suédoise, qui affirme avoir reçu, fin juillet, «des photos envoyées par l'équipage par e-mail montrant des blessés», après la première attaque du cargo en mer Baltique le 24 juillet.
Dimanche, la télévision suisse TSR rapportait que des inconnus avaient exigé une rançon de 1,5 million de dollars à la société finlandaise Sol Chart Management, propriétaire du navire. Malte a ouvert une enquête criminelle sur la disparition ou le détournement de l'«Arctic Sea». La Suède et la Finlande sont aussi impliquées dans l'enquête «sur des faits d'extorsion aggravée». La police finlandaise, qui assure la coordination de l'enquête, attendait toujours mardi de recevoir des informations en provenance de Moscou, qui a récupéré l'équipage russe et le navire. «En ce moment, nous attendons des informations confirmées de la part des autorités russes... C'est parfois un peu lent avec les autorités russes, mais je suis certain que nous les recevrons aujourd'hui», mardi, a déclaré un responsable du Bureau national d'enquête finlandais (NBI), Markku Ranta-Aho. L'une des pistes suivies est celle de la rançon. «Nous coopérons bien sûr avec la société» Solchart qui arme l'«Arctic Sea», mais celle-ci n'est pas suspectée, a-t-il ajouté. Selon la Commission européenne, le bateau a été attaqué le 31 août. Ce jour-là a été établi le dernier contact entre la police suédoise et l'«Arctic Sea» alors que le bateau quittait la Manche pour l'océan Atlantique. Le cargo en subira une autre au large du Portugal. Deux attaques, une demande de rançon et des mystères...

Une histoire incompréhensible
L'annonce du piratage du cargo «Arctic Sea», retrouvé au large de l'Atlantique, ne répond pas à d'importantes questions concernant sa mystérieuse disparition fin juillet, a estimé mardi un expert russe, évoquant une possible «opération de camouflage». Au cours d'une conférence de presse à Moscou, Mikhaïl Voïtenko, rédacteur en chef du bulletin maritime russe Sovfrakht, a évoqué les raisons pour lesquelles le dénouement de cette affaire devait être interprété avec prudence. «Cette histoire reste incompréhensible si on l'explique par une attaque qui est l'oeuvre de criminels ou des démêlés entre des concurrents commerciaux. Elle ne trouve son sens que dans le cadre d'un conflit entre des Etats», a estimé ce marin expérimenté et expert respecté en matière de trafic maritime. Ses explications interviennent après l'annonce par les autorités russes de la découverte du cargo dans la nuit de dimanche à lundi dans les eaux du Cap-Vert et l'interpellation de huit pirates présumés, interrogés sur un bateau de guerre russe. Il relève notamment que:
- Une semaine s'est écoulée entre le moment où le cargo attaqué la première fois (le 24 juillet) et le moment où les premières informations ont été publiées à ce sujet.
- Il n'y a eu aucun signal de détresse alors que le navire est équipé d'appareils de communication sophistiqués qu'il est difficile de débrancher simultanément.
- Aucun des membres de l'équipage russe n'a semble-t-il utilisé son téléphone portable pour faire état d'une attaque alors qu'ils étaient dans les eaux suédoises couvertes par les liaisons téléphoniques.
- Les pirates ont réussi à mener le cargo à travers les mers d'Europe sans être apparemment aperçus.
- Le coût des avions et bateaux de plusieurs pays mobilisés ainsi que les opérations pour localiser le cargo ont largement excédé la valeur du vraquier et de son chargement.
- L'Otan a annoncé avoir coopéré étroitement avec la Russie pour localiser le cargo mais s'est refusé à communiquer des détails dans le cadre d'efforts conjoints inhabituels. «Si la Russie était seule responsable, l'Otan ne l'aurait pas soutenue comme ça», a observé M. Voïtenko. Selon l'expert, plusieurs Etats pourraient être impliqués dans cette ténébreuse affaire. «Je crois que les Etats impliqués ont trouvé une solution, tout en décidant de laver leur linge sale en famille». En dépit de l'enquête en cours, «nous ne saurons jamais ce qui s'est réellement passé», prédit M. Voïtenko.

Tallinn et Riga demandent des précisions à Moscou
La Lettonie et l'Estonie ont indiqué mardi avoir demandé à Moscou des précisions sur leurs ressortissants présumés qui, selon les autorités russes, figurent parmi les huit pirates arrêtés du cargo «Arctic Sea». «Nous n'avons obtenu aucune confirmation du côté russe si, et quels ressortissants estoniens ont été arrêtés dans l'affaire du cargo «Arctic Sea» piraté», a déclaré à la presse le ministre estonien des Affaires étrangères Urmas Paet. «Pourtant, nous avons contacté le ministère russe des Affaires étrangères, l'ambassade de Russie, les gardes-côtes russes, Interpol et le FSB (services de sécurité russes)», a-t-il ajouté. «Nous avons demandé la confirmation officielle de l'arrestation de citoyens lettons, mais nous n'avons obtenu aucune réponse», a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère letton des Affaires étrangères, Gints Jerohimovics. Pour un amiral estonien, Tarmo Kouts, «toute l'affaire du cargo est bizarre». «Il est difficile de comprendre pourquoi les radars suédois n'avaient pas détecté le hors-bord qui s'est approché de l''Arctic Sea' dans les eaux territoriales suédoises», a-t-il déclaré à la presse. «Pourquoi une si grande opération de recherche a été lancée pour un si petit bateau, appartenant à des personnes d'origine russe ayant la nationalité finlandaise», s'est-il interrogé. «L'ordre de recherche a été donné au ministère russe de la Défense par le président Medvedev lui-même. Qu'est-ce qu'il y avait de si important à bord de ce bateau pour que trois grands vaisseaux militaires soient envoyés à sa recherche ?», s'est demandé l'amiral.
(Q.O - 19 août 2009)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article