Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Préparation de la saison estivale à Oran

27 Mai 2009 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Oran


On prend les mêmes et on recommence

Une enveloppe budgétaire plus ou moins consistante, de «fermes» recommandations du wali en direction des différentes communes balnéaires, des opérations de nettoyage et d’embellissement et les engagements officiels qu’Oran sera la capitale du tourisme algérien. Tels sont, grosso modo, les actions qui, chaque année, résument la préparation de la saison estivale d’une des wilayas algériennes qui offrent les meilleures potentialités touristiques. «Il est vraiment dommage que la politique touristique, pour autant que ce soit une politique, ne soit pas à la mesure des potentialités. Oran serait réellement la capitale algérienne du tourisme», regrette-t-on autant parmi les autochtones, les visiteurs estivaux que parmi les opérateurs économiques. Tous estiment qu’une stratégie plus offensive confiée à des spécialistes en matière de tourisme est devenue une urgence maintenant qu’il est question de pôle d’excellence et de schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT).
En attendant que ces vœux (pieux ?) soient exaucés, les visiteurs qui viendront par millions (on évoque le chiffre de 15 millions) profiter des bienfaits des grèves oranaises retrouveront les mêmes plages à la propreté souvent douteuse, des parkings et des aires de stationnement payant malgré les lois en vigueur, un parc hôtelier loin d’offrir les commodités qu’un touriste national ou étranger est en droit d’attendre, certaines communes balnéaires cachant mal leur misère derrière un nettoyage hâtif... bref, les touristes retrouveront pratiquement le même Oran qu’ils ont visité l’année dernière… en espérant que ses services s’améliorent l’été suivant. Un budget de près de 18 milliards de centimes.
Pour les préparatifs de la saison 2009, la wilaya d’Oran a consacré une enveloppe de plus de 178 millions de dinars (qui servira uniquement à l’aménagement des plages et la réalisation des commodités) dont 50 millions destinés à la seule Aïn Turck qui, comme chacun le sait, est la capitale balnéaire de la wilaya. La daïra devrait notamment réceptionner une desserte menant vers la plage des Dunes et un nouveau centre de secours et d’intervention. Les autres localités balnéaires aussi ont, selon les responsables locaux, lancé des travaux de réalisation de parkings, de sanitaires sur les plages et des opérations d’embellissement des places publiques. Comme les années précédentes, ces opérations sont, bien entendu, supervisées par la commission du tourisme qui insiste particulièrement sur les plans d’aménagement, l’hygiène et la sécurité dans les hôtels, la restauration, le nettoyage et l’embellissement. L’aspect de la circulation automobile, responsable de nombreux désagréments, a également été évoqué puisque des instructions ont été données aux services concernés pour prendre les mesures qui s’imposent aux fins d’interdire les stationnements dans diverses artères et aux abords des marchés pour permettre une meilleure fluidité.
De son côté, l’Entreprise nationale du transport maritime des voyageurs (ENTMV) a affrété un nouveau car-ferry, d’une capacité de plus de 1 800 passagers et 600 véhicules, pour renforcer les liaisons, assurées par le Tarik Ibn Zyad, le Tassili 2 et El Djazair 2, sur Alicante et Marseille, selon les responsables de l’ENTMV. Ce qui n’a pas l’air de rassurer les agences de voyages établies en France puisque beaucoup d’entre elles craignent que les 54 650 places passagers et 18 300 autres pour les véhicules de la liaison Oran-Marseille-Oran soient insuffisantes pour les milliers d’émigrés qui s’apprêtent à rentrer au pays. Pour la liaison avec Alicante, l’ENTMV assure aux voyageurs 204 000 places et 59 400 pour les véhicules. Malgré ces actions récurrentes et des atouts rares que tout le monde lui reconnaît, Oran n’arrive toujours pas à se hisser au statut de cité touristique et continue d’offrir à ses visiteurs les même services.
Cette année sera-t-elle meilleure comme le soutiennent les autorités locales ? Beaucoup demeurent sceptiques : des assurances similaires avaient été données les années précédentes mais la situation est restée obstinément inchangée. Pourquoi cette saison serait-elle différente ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article