Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Samir Ould Ali

Oran : La course de chevaux vue de l'intérieur

10 Mai 2009 , Rédigé par Samir Ould Ali Publié dans #Reportage

 En ce samedi, l’hippodrome Antar Ibn Chedad d’Es-Sénia est inhabituellement pris d’assaut par les «turfistes» : «D’ordinaire, les tribunes sont presque vides, confirme un habitué des courses de chevaux. Aujourd’hui, l’hippodrome fait réellement le plein.» Il est vrai que ce samedi-là, fête du Mawlid Ennabaoui, est chômé et payé mais cela ne suffit généralement pas à drainer autant de monde : «Deux courses sont au programme, dont le Grand Prix de Sénia, explique notre interlocuteur. Les meilleurs chevaux d’Algérie, plusieurs fois titrés sont en course.» On évoque ainsi l’oranais Aïssane, trois fois vainqueur du Grand Prix Président, le must du must en matière de courses de chevaux, Madjid Star de Tiaret, lui aussi plusieurs fois titré, ou encore de Zamango d’El Eulma : «Ceux -là, continue notre habitué, constituent les meilleurs chevaux sur le territoire national et ont l’habitude de figurer parmi les trois premiers de toutes les courses.»
 
Le cheval fou
Alors que notre interlocuteur vante les mérites et exploits des champions, un murmure court soudain dans les tribunes et plusieurs bras se dressent, le doigt tendu vers un point de l’autre côté de la piste. Quelques secondes d’incompréhension et des éclats de rires fusent de partout : débarrassé de son jockey, un cheval fou a déjà quitté son starting-gate et fonce vers la ligne d’arrivée sous les cris moqueurs de l’assistance. Sans s’arrêter, le cheval portant numéro 12 dépasse la ligne d’arrivée et continue sa course folle vers le vaste terrain nu. Pendant ce temps, et alors que tous les regards sont dirigés vers le remuant équidé, le signal de départ de la première course est donné. Toute l’attention se reporte alors sur ce point qui grossit à mesure que les chevaux grignotent les 1.600 mètres qui les séparent de la ligne d’arrivée. Des clameurs excitées accompagnent les coureurs et la parieurs, dressés dans les tribunes, tentent d’haranguer leurs favoris. Quand soudain, des cris provenant de spectateurs stationnés près de la ligne d’arrivée attirent l’attention : alors que le peloton de tête est à 300 mètres de la ligne d’arrivée, le cheval fou, que tout le monde avait oublié, décide de faire demi-tour et de galoper à contresens, en direction des coureurs. Un début de panique s’empare des organisateurs mais, rapidement, trois hommes sautent derrière la ligne d’arrivée et, par des cris et des mouvements de bras réussissent à dévier le cheval fou sur sa gauche, vers les écuries. Emporté par son élan, l’équidé perd l’équilibre et s’étale par terre - heureusement sans se faire de mal - suscitant les rires des spectateurs. Quelques secondes plus tard, le cheval portant numéro «1», nommé «Cage de Carène», franchit la ligne d’arrivée suivi par les numéro «9, 4, 3» et «5». L’ordre d’arrivée sera confirmé un quart d’heure plus tard environ par les commissaires, installés dans un bureau où ils peuvent vérifier l’ordre d’arrivée via le système photo-finish : «Il était prévisible, explique notre guide en souriant, que Cage de Carène remporte la course, c’est tout de même le vainqueur du Grand Prix Président de 2003.» Le vainqueur de cette première course empoche neuf millions de centimes, le deuxième quatre millions alors que les suivants toucheront des sommes allant de deux millions à quatre mille dinars : «Ce qui n’est pas comparable aux gains du Grand Prix Président où le vainqueur empoche 100 millions de centimes, ou à la seconde course, le Grand Prix de Sénia dans laquelle le premier arrivé touchera vingt millions», continue notre interlocuteur.
 
Des chevaux dans les paddocks
Une dizaine de minutes avant le départ du très attendu Grand Prix de Sénia, les chevaux en course sortent déambuler à travers les larges allées des paddocks, sous les yeux des spectateurs. Eux-ci peuvent ainsi admirent leurs favoris et échanger les commentaires sur leurs performances, leurs palmarès ou encore la tenue des jockeys : assis dans une position en avant très prononcée, les très jeunes cavaliers doivent pouvoir se ramasser sur l’encolure du cheval et avoir les jambes placées très haut grâce à des étriers particulièrement courts. Dans les courses hippiques où la rapidité du galop est telle que le centre de gravité du cheval se déplace à l’avant, cette position a l'avantage de libérer les membres antérieurs du cheval pour une meilleure impulsion et de présenter une moindre résistance au vent que la position droite. «C’est pour cela notamment que la majorité les jockeys sont très jeunes et que leur poids n’excède jamais les 60 kilogrammes», explique notre guide en indiquant que leur âge varie entre 15 et 30 ans. Après quelques tours de paddocks au trot, la quinzaine de concurrents rejoignent le starting-gate pour le départ de la course : «Mais nous ne savons pas si les tests anti-dopage sont  effectués systématiquement avant le départ de chaque course», précise encore notre interlocuteur. Le règlement le précise pourtant : Les officiels doivent identifier chaque cheval avant les courses et effectuer des tests antidopage comme il prévoit que la course est intégralement filmée ce qui permettra aux commissaires de disqualifier des chevaux ou pénaliser des jockeys en cas de faute ou de comportement dangereux. «Ici, les commissaires suivent l’intégralité de la course dans une voiture qui prend le départ avec les coureurs». De fait, dès le signal de départ du Grand Prix de Sénia, une fourgonnette blanche de type Peugeot J5 «colle» aux concurrents sur une piste intérieure parallèle. Sous cris d'encouragement et les acclamations des spectateurs, les coureurs redoublent d’efforts pour se détacher du groupe et, dès la moitié de la course, l’oranais Aïssane, le triple Grand Prix Président, portant numéro «4» et Zamango d’El Eulma portant numéro «2» prennent la tête du peloton et se disputent âprement la première place. Si âprement, d’ailleurs, qu’ils arrivent presque en même temps, contraignant les commissaires à recourir à la photo-finish pour les départager. Suspens de quelques minutes et le haut parleur consacre Zamango grand vainqueur de la course, aux milieux des cris de joie des parieurs qui ont eu la bonne idée de miser sur le cheval d’El Eulma. Trois coupes sont alors décernées à un propriétaire, un entraîneur et un jockey radieux, alors que la traditionnelle couronne de fleur vient récompenser le valeureux Zamango.
Chaque jour, une course est ainsi organisée par la Société des Courses Hippiques et des Paris Mutuels (SCHPM) dans l’un des huit hippodromes qui existent sur le territoire national (deux sont situés à l’ouest, Oran et Tiaret). Avant le départ d’une course, n’importe qui peut parier à partir de n’importe quelle ville algérienne : «Ici à Oran, indique notre guide, il y a 28 cafés agrées par la SCHPM, qui peuvent enregistrer les mises. Mais les paris sont clos une demi-heure avant le départ de la course.» Selon notre interlocuteur, des parieurs invétérés peuvent aller jusqu’à miser une dizaine de milliers de dinars chaque jour sur des chevaux de la trempe de Zamango, Aïssane ou Madjid Star. Les gains peuvent être substanciels (des millions de centimes) comme ils peuvent être dérisoires lorsque l'issue de la course est prévisible, notamment à la lumière des pronostics des journaux. «Il reste que dans ce milieu où l’argent circule à profusion, la majorité des jockeys ne sont pas déclarés à la sécurité sociale et ne perçoivent généralement que 10% sur une course gagnée. Je vous laisse imaginer leur situation sociale.»
 
La course de chevaux, une longue histoire
Selon Encarta, l'histoire des courses de chevaux montés remonte au Ier millénaire avant J.-C, et la première course a eu lieu en Grèce antique. Dans l'Empire romain, les courses de chevaux existaient mais les courses de chars étaient beaucoup plus fréquentes. Après le déclin de l'Empire romain, au Ve siècle après J.-C., l'élevage et les courses de chevaux occupent une place moins importante en Occident. Au VIe siècle, l'équitation est introduite dans tout le Proche-Orient par des missionnaires musulmans qui voyagent à cheval. Au VIIIe siècle, les Arabes qui envahissent l'Espagne possèdent des chevaux puissants et rapides d'une race inconnue en Europe. Au fil des siècles, les montures arabes deviennent célèbres dans toute l'Europe et pour la première fois, en 1110, Henry Ier d'Angleterre fait importer d'Espagne des chevaux arabes qui sont accouplés à des juments anglaises particulièrement robustes mais lentes, en vue d'obtenir des chevaux rapides et résistants pour la guerre.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Smaïn Bouchareb 15/12/2011 09:12

Bel article. Si je peux apporter une précision, les juments importées par Henri VIII Tudors au 16ème siècle seraient plutôt identifiées comme Barbes. Tout comme Godolphin Barb, au 18ème siècle, un
des trois pères fondateurs du cheval de course anglais, trop souvent et à tort, présenté comme Godolphin Arabian, alors qu'il était Barbe. Le Barbe reste dans l'esprit du grand public un cheval mal
connu, l'Arabe, du fait de sa plastique, occupe le devant de la scène. Du coup,je pense qu'il est important que dans un des pays berceau de la race Barbe, d'être précis notamment quand on sait que
ce patrimoine du Maghreb mais aussi du monde tant il a rendu de services, est malheureusement en voie de disparition...Sans les efforts de quelques passionnés, ce serait peut-être déjà le cas :-(

andré gailing 16/08/2010 18:22


passionnant d'apprendre qu'il y a à Oran de belles courses de chevaux en 2010. Je suis le neveu d'Aimé Gailing qui fut le président de la Société des Courses avant 1962 pendant de nombreuses années
et j'ai des souvenirs d'enfance à l'hippodrome ! salut à vous oranais d'aujourd'hui !


zadiri nadir 08/06/2009 12:42

ce que je vois sur le chevale de course en algerie cest le grand trafique